Améliorer les conditions salariales et de travail est mieux que récompenser les équipes soignantes

Rédacteur — avec admiration, intérêt, amusement et un peu de tristesse, l’éditorial sur les équipes de soins de santé récompensées par Bloor et Maynard1 adjuvant. Mon admiration pour la persévérance de Maynard ’ Il plaide depuis de nombreuses années pour le remplacement des médecins par d’autres professionnels de la santé et l’abolition des distinctions honorifiques. Il parvient à monter une gamme de méthodes alternatives intéressantes pour justifier cela. La seule chose qu’il a oublié de présenter dans cet éditorial était sa suggestion récente (et tout aussi dommageable et superficielle) que non seulement devrions-nous remplacer les médecins par des infirmières praticiennes, mais que nous devrions compenser toute pénurie de médecins en utilisant d’autres pays. ; médecins sans emploi ou rejetés. La présente thèse est importante. Comment pouvons-nous récompenser les équipes de soins de santé? Hier, les solutions d’appels d’offres concurrentiels des équipes de soins de santé sont mises en place. Bon nombre des changements suggérés sont déjà en place. Beaucoup d’entre nous dans la gestion des maladies chroniques et les soins primaires travaillent déjà en équipe, et le mélange de compétences a inévitablement changé. Je préconiserais en effet des formes totalement nouvelles de professionnels de santé formés spécifiquement pour de nouvelles tâches plutôt que d’utiliser des infirmières et des médecins ayant acquis des compétences différentes. Mais devrions-nous récompenser les équipes et devrions-nous les récompenser du tout? N’y a-t-il pas de satisfaction à bien faire son travail et à faire en sorte que les gens se sentent mieux sans récompense financière supplémentaire? Un problème majeur est l’imprécision de la mesure. Quels résultats seraient vérifiés? Même obtenir des preuves évidentes d’un résultat médical amélioré prend du temps et est difficile, et de telles preuves sont extrêmement difficiles à interpréter en raison des points de départ variables, des contextes socioéconomiques et des installations. Si d’autres variables sont ajoutées, telles que la satisfaction des patients, la rentabilité et le respect des protocoles, le coût de la prise de décision au sujet de “ le succès ” dépassent de loin les ressources disponibles pour les récompenses “ ” Je propose que plutôt que de poursuivre cette suggestion irréaliste et source de divisions, nous améliorons le salaire et la flexibilité de travailler pour toutes les infirmières et autres professionnels de la santé. Cela conduira à une bien meilleure prise en charge à tous les niveaux avec des coûts bureaucratiques inférieurs à ce qui serait le cas si un petit nombre d’équipes étaient jugées selon des critères idiosyncratiques proposés par les économistes de la santé en fauteuil.