La gastro-entérite virale rend malade des centaines de bateaux de croisière

Les compagnies de croisières conseillent aux passagers de se laver les mains après plusieurs poussées de gastro-entérite chez les voyageurs. Mais ils nient que le problème est causé par quoi que ce soit sur les navires. Depuis mai dernier, les passagers d’au moins 10 navires de croisière américains en provenance de ports aussi éloignés que Seattle, Vancouver, Fort Lauderdale, Miami, Barcelone et le Royaume-Uni infecté par le virus, qui est similaire au virus Norwalk (également connu sous le nom de virus du vomissement d’hiver). Il a infecté au moins 1400 passagers et membres d’équipage sur les 10 navires. Les compagnies de croisières sont tenues de signaler les éclosions au US Public Health Service, qui peut enquêter et ordonner des mesures appropriées si plus de 3% des passagers ou de l’équipage développent une gastro-entérite. Holland America’s Amsterdam, qui naviguait dans les Caraïbes le mois dernier à partir de Port Everglades, en Floride, 163 des passagers principalement âgés du navire et 18 membres d’équipage ont été touchés par 1905 personnes à bord. Ils ont eu un à deux jours de diarrhée, de vomissements, de crampes abdominales et de déshydratation. C’est la troisième fois que le navire connaît une importante épidémie virale.Rose Abello, vice-présidente des relations publiques pour Holland America, a déclaré que le bateau avait été nettoyé à fond après les trois croisières. « Le bateau n’est pas malade, il y a des malades sur le bateau », a-t-elle dit. Lors du dernier voyage, a déclaré Mme Abello, 21 personnes sont tombées malades lorsque le navire a accosté à St Thomas. Avec leurs compagnons, ils ont été rapatriés aux frais de l’entreprise. D’autres qui sont tombés malades ont reçu des remboursements, plus des rabais sur leur prochaine croisière. À bord, il y avait partout des pancartes demandant aux passagers de se laver les mains et d’éviter tout contact personnel. En Alaska, pendant l’été, un autre navire de Holland America, le Ryndam, a connu deux croisières, affectant 218 et 176 personnes, et le paquebot Princess les Ocean Princess 52 et 127 personnes ont été infectées par un virus de type Norwalk confirmé par des tests de laboratoire. Les inspecteurs du programme américain d’assainissement des navires ont scruté les systèmes de ravitaillement, d’eau et d’assainissement des navires et n’ont trouvé aucune preuve qu’ils étaient à l’origine des épidémies. « The Norwalk Le virus est extrêmement contagieux et assez facilement transmis, et nous sommes convaincus qu’il se propage d’une personne à l’autre », a déclaré David Forney, chef du programme d’assainissement des navires des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis. « Nous n’avons eu aucune indication sur aucun des navires à cause de quoi que ce soit sur les navires. » Le programme d’assainissement exige que le navire nettoie chaque surface avec de la solution d’eau de Javel pendant l’épidémie et l’escale au port. Les navires avec des flambées répétées peuvent choisir d’annuler un voyage et rester au port pour une semaine de nettoyage intense. Le CDC peut « accoster » un navire mais ne l’a pas fait récemment, a dit M escarre. Forney.