Les IPP Pour Traiter Les Brûlures D’estomac Liés Au Risque D’infarctus

Que sont les IPP ? Les IPP sont des inhibiteurs de pompe à protons qui sont des médicaments qui agissent sur l’acidité gastrique pour traiter les reflux gastro-oesophagien  plus communément appelés des brûlures d’estomac.  Les brûlures d’estomac pour leur part sont des affectations courantes qui surviennent lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage (le conduit qui mène la nourriture de la bouche à l’estomac).  En principe, tout le monde peut avoir des reflux gastriques quel que soit l’âge.  En fait, environ 25% des nourrissons en souffrent car leur système digestif n’est pas encore mature. Ceux-ci disparaissent habituellement vers l’âge de 8 mois.  Cependant, lorsqu’il s’agit d’adultes,  des brûlures d’estomac qui sont récurrents peuvent être reliés à des maux plus graves.  Dans ces cas,  les IPP peuvent traiter la condition mais encore faut-il en connaître les avantages et les risques.

A middle aged man outside his office suffering from a persistent cough.

Lorsque l’on parle de brûlures d’estomac il faut faire une distinction entre  des épisodes de façon périodiques et situations diverses (manger plus gras, manger plus épicé) occasionnelles mais, lorsque les symptômes s’échelonnent sur une plus longue période on peut parler d’une maladie qu’on appelle le RGO (reflux gastro-oesophagien).

Comme mentionné plus haut, les IPP agissent sur l’acidité gastrique. Or, des scientifiques de l’Université Stanford en Californie ont observés que chez les patients qui prenaient des IPP et qui avaient des antécédents de problèmes cardiaques, les IPP semblaient réduire l’efficacité du clopidogrel, un traitement antiplaquettaire de ces patients.  Ils ont pu constater que les personnes qui ont une condition cardiaque et qui souffrent de reflux gastrique prenant des IPP ont une augmentation de 16% le risque d’infarctus du myocarde.  Le risque de mortalité est beaucoup plus grand pour ces patients.

Des études sur le sujet ont démontré que les IPP agissent sur la production d’oxyde nitrique (NO) qui est d’une importance capitale pour la santé vasculaire.  Les données moléculaires, physiologiques et cellulaires indiquent que ce médicament altère  le NO et ceci expliquerait l’augmentation du risque d’infarctus.

Le problème qu’on constate dans les cas de IPP est que ce médicament est prescrit normalement pour une courte période de temps et pour une raison médicale « X »  mais, les médecins n’arrêtent pas de prescrire le médicament de fois en fois.  Donc plusieurs patients se voient continuer le traitement et en ayant plus vraiment besoin de celui-ci.  Les traitements pour les ulcères par exemple devraient être de deux à huit semaines mais certains patients continuent des mois, même des années.

Les IPP sont des médicaments très efficaces pour traiter le RGO.  Il ne faut pas que les gens arrêtent de prendre ces médicaments pour le moment cependant, un suivi médical est nécessaire dans le cas de RGO.  La dose prescrite doit être  ajustée et les médicaments autres doivent être pris en considération pour éviter l’augmentation des risques.  L’augmentation du risque d’infarctus peut être évité avec une meilleure conscientisation du fait que les IPP ne sont généralement pas conçus pour être consommés sur une trop grande période de temps.