L’étude soutient les coupes du gouvernement aux bandelettes de test de glucose

Une étude américaine semble avoir justifié la décision du gouvernement australien de limiter le nombre de bandelettes de test fournies aux patients diabétiques de type 2 qui ne prennent pas d’insuline.

L’étude d’un an de 450 patients n’a trouvé aucune différence clinique ou statistique des taux d’HbA1c entre les groupes de patients affectés à une surveillance uniquotidienne, une surveillance une fois par jour avec une rétroaction adaptée d’un mètre ou aucune surveillance du tout.

Le suivi de la qualité de vie liée à la santé n’a pas non plus été bénéfique.

Les patients étaient issus des pratiques de soins primaires aux États-Unis et recevaient de la metformine et des sulfonylurées et avaient eu un diabète de type 2 pendant six ans en moyenne.

Les chercheurs ont déclaré que, bien que les taux d’HbA1c se soient améliorés de manière significative au cours des premiers mois de test, ils sont revenus à la valeur de référence au bout de 12 mois.

« Il est possible que l’intervention ait été quelque peu dérangeante, provoquant la fatigue de l’utilisateur, ou ait fourni une fausse réassurance », écrivent les chercheurs dans JAMA Internal Medicine.

« Ces résultats suggèrent que la surveillance de la glycémie chez les patients atteints de diabète de type 2 non traité à l’insuline ne devrait pas être systématique. »

Cependant, ils admettent que leur étude n’a pas pu exclure le bénéfice de l’autosurveillance pour les patients commençant un traitement ou ceux ayant un mauvais contrôle glycémique.

Les médecins et les patients devraient décider de tester la glycémie au cas par cas, ont-ils suggéré.

L’étude semble confirmer la décision du gouvernement australien de restreindre l’accès du PBS aux bandelettes de test de la glycémie aux personnes atteintes de diabète de type 2 et non à l’insuline tous les six mois constitutionnel.

Le déménagement était basé sur un examen PBS qui n’a trouvé aucune preuve que l’autosurveillance de routine ait un quelconque bénéfice sur les résultats pour les personnes atteintes de diabète de type 2 et non pour l’insuline. | ​​N |

Les consommateurs ont mis en garde contre les applications de la douleur non testés