Un patient soupçonné de fausse couche souffre d’hypertension, d’insuffisance rénale et de thrombocytopénie : présentation de cas

Une femme blanche de 46 ans présentée à son service d’urgence local. Elle souffrait de saignements vaginaux depuis 10 jours et le saignement était devenu particulièrement lourd au cours des trois derniers jours. Elle s’était aussi sentie généralement mal pendant environ une semaine avec malaise, fatigue, maux de tête, anorexie et vomissements. Elle et son partenaire avaient essayé de concevoir. Sa dernière période menstruelle remonte à 10 semaines et elle a récemment été testée positive avec un kit de test de grossesse urinaire (β gonadotrophine chorionique humaine). Elle a eu trois enfants d’un partenaire précédent. Deux de ces grossesses ont été compliquées par l’hypertension à partir de 36 semaines. Elle croyait avoir fait deux fausses couches l’année précédente, qui n’avaient pas fait l’objet d’une enquête. L’année précédente, elle avait une tension artérielle mesurée de 165/90 mm Hg. Elle a donné une histoire évocatrice du syndrome de Raynaud mais n’avait aucun autre symptôme ou histoire médicale passée de note.Elle ne prenait pas régulièrement de médicaments. Elle a d’abord été référée au gynécologue de garde qui l’a trouvée atteinte d’une pression artérielle de 240/127 mm Hg et d’une fréquence cardiaque de 100 battements / minute. Elle semblait malade et était dyspnéique au repos. A l’examen abdominal, l’utérus n’était pas palpable et, à l’examen vaginal, l’orifice cervical était ouvert et saignait. L’auscultation de la poitrine a révélé des crépitations inspiratoires bi-basales. Aucune autre anomalie n’a été trouvée à l’examen. Urinaire β la gonadotrophine chorionique humaine était négative. L’analyse d’urine a montré de grandes quantités de sang et de protéines, mais le patient saignait activement du vagin lorsque ce test a été fait. Le tableau ​ tableau montre les résultats de ses tests de laboratoire.Les résultats des tests de laboratoire du patient à la présentationShe a été référé pour un avis médical urgent. Une ligne veineuse centrale a été insérée et une radiographie thoracique a été effectuée (figure &#x200B (figure).). À ce moment-là, alors qu’elle était encore dans le service des urgences, elle présentait plusieurs convulsions tonico-cloniques généralisées. Radiographie pulmonaire montrant des œdèmes pulmonaires diffuse1 L’exploration d’une fausse couche récurrente aurait-elle été appropriée compte tenu des antécédents de reproduction du patient et, le cas échéant, comment? expliquer la présentation du patient et les anomalies trouvées? 3 ce qui pourrait expliquer les résultats de radiographie thoracique du patient? 4 décrire comment le patient doit être étudié et géré pendant les premières 24 heures s’il vous plaît répondre par bmj.com, en rappelant que le patient est réel et qu’elle et ses soignants liront la réponse